LE VIF / Interview de Reynaldo

 

Lien vers l’article en ligne.

Retrouvez toutes les informations sur l’événement sur facebook ou sur le site internet des Halles de Schaerbeek.

TOHU-BOHU

Sortir…

Sortir du conservatoire, de l’école de cirque, du théâtre, et tenter de définir un nouveau territoire.

Se transformer en explorateur géodramatique, réinventer des formes performatives, des ritualités joyeuses où spectacteurs, acteurs, musiciens et circassiens se retrouvent, s’approchent, se réchauffent, se frottent, transpirent, s’inspirent.

 

Durant 10 jours de résidence à Latitude 50, Sara Selma Dolorès entourée de pédagogues proposera aux 25 étudiants de L’École Supérieure des Arts du Cirque, de l’École Supérieure d’Acteur et du domaine de la Musique du Conservatoire Royal de Liège de penser et de mettre en action une esthétique de la bâtardise. De ces 10 jours résultera une soirée de représentation conçue comme une anti-carte d’identité où les spécialistes seront bâillonnés et les experts proscrits.

 

L’ESAC, École Supérieure des Arts du Cirque, se situe à Bruxelles et fait partie du panel des Écoles Supérieures Artistiques de la FWB, au même titre que le Conservatoire Royal de Liège qui regroupe en son sein l’ École Supérieure d’Acteur (ESACT) et le domaine de la Musique. Pour la première fois en Fédération-Wallonie-Bruxelles les étudiants de ces trois domaines artistiques se rencontrent.

 

Du 11 au 13 novembre 2022, le cirque de création se déclinera sous toutes ses facettes, sur tous les territoires à travers l’Europe. Sous l’impulsion de l’association Territoires de Cirque, les réseaux de diffusion s’associent pour fêter cet art résolument populaire et saluer sa vitalité, son exigence, son engagement dans les combats pour l’égalité des femmes et des hommes, sa dimension interculturelle, comme intergénérationnelle. En 2019, la 1ère édition de La Nuit du Cirque a rassemblé plus de 60 établissements — mobilisés avec les artistes, les habitants, les collectivités locales, les réseaux associatifs, les écoles de cirque de loisirs…- le temps d’une journée, d’une soirée ou d’une nuit pour mettre le cirque de création en lumière. Marchin fait sa Nuit du Cirque et le décloisonne en donnant Carte Blanche aux étudiants d’écoles supérieure des arts…

 

Par ici pour un article de l’Avenir sur cette belle soirée.

Festival Firco 2022 Palmarès
  • Premier Prix : Nicolás Montes de Oca
  • Second Prix : Cía Punto Zero
  • Troisième Prix : Alonso González Barría
  • Premier prix du public : Cía Punto Zero

 

 

Pour plus d’informations cliquez ici.

Museum Night Fever 2022

Pour cette édition 2022, suivez un parcours poétique avec des étudiants de l’ESAC : École Supérieur des Arts du Cirque à Bruxelles. L’ art d’évoquer, de suggérer des sensations, de créer des impressions entre corps circassien, les pièces de collection et les sons qui prennent vie dans l’architecture impressionnante du Musée de l’Armée. Le Musée accueille ces jeunes circassiens avec des propositions diverses.

Les étudiant.e.s de la 1ère année avec une forme collective dirigée par Silvia Ubieta en collaboration avec Anthony Weiss et une composition musicale de Malik Djouad dans la salle Bordiau.

La 2ème et 3ème année exploitent les espaces et structures métalliques du Musée avec des projets personnels, individuels ou en duo, dans les collections du Grand Hall.
Ces performances seront en continu pendant toute la soirée, entre 19h et 1h du matin.

Le travail technique lumières, son et les installations d’agrès dans les différents espaces est dirigé par Jean François Keller et Sarah Faucon.

Plus d’informations ici.

European Union Prize for Contemporary Architecture

40eme festival mondial du cirque de demain SELECTED
Aime Morales (promotion 2013) GUEST
Maria Peltola (promotion 2014) GUEST
Valpuri Kaarninen (promotion 2014) GUEST
Jaimee Elizabeth Allen (promotion 2017) GUEST
Diego Salles (promotion 2018) SELECTED
Johan Santiago Aponte (promotion 2018) SELECTED
Mikail Karahan (promotion 2018) SELECTED
Le Soir // Le paradoxe des études de cirque

Grâce à l’Ecole supérieure des arts du cirque, la Belgique forme la crème internationale de la piste. Beaucoup veulent ensuite rester à Bruxelles mais seul un tiers y parvient. Et très peu de Belges accèdent à cette école de renom.

pour lire la suite, cliquez ici

lestroiscoups.fr // Focus Circus Brussels 2018-2019

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Focus Circus Brussels a démarré le 12 mars 2018 à BOZAR (le Palais des Beaux-Arts) avec une soirée festive et l’ouverture du Festival UP !. Un lancement réussi pour une année visant à célébrer la vitalité du cirque à Bruxelles.

Focus Circus est une initiative de Rachid Madrane, le ministre en charge de la Promotion de Bruxelles à la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Le cirque est devenu, ces dernières années, une des plus belles cartes de visite de Bruxelles, a-t-il déclaré lors de la conférence inaugurale. Conscient de ce rayonnement, j’ai voulu dès ma prise de fonction encourager ce secteur. Ce “focus cirque” se déroulera sur une année entière et comportera un volet national et international », .

Après l’art contemporain à Paris en 2016 (Indiscipline) et la danse contemporaine à Berlin en 2017 (Radikal), Focus Circus Brussels est le troisième volet d’une série visant à mettre en lumière les artistes de la capitale belge, où l’on compte une trentaine de compagnies professionnelles et 200 artistes (voir la carte des lieux ici), des lieux de création et des scènes dédiées. « Bruxelles, c’est “the point de chute”. C’est une ville multiculturelle, centrale, pas trop chère. L’offre culturelle y est énorme. Il y a une bonne ambiance, sans prise de tête. On a un concentré circassien inégalé au monde », s’enthousiasme Catherine Magis, directrice artistique de l’Espace Catastrophe et du Festival Up ! – Biennale internationale de cirque.

Programme des festivités

Pour la première fois, ce focus est donc organisé à Bruxelles. Il est aussi de plus grande ampleur, avec l’organisation de plusieurs temps forts, dont le rassemblement des professionnels du secteur, une avalanche de festivals, la nouvelle implantation de l’École supérieure des arts du cirque (ESAC), ainsi qu’une diffusion des créations hors de la Belgique.

D’abord, plus de 400 professionnels de 40 pays vont se retrouver à Fresh Circus #4, un séminaire international pour le développement des arts du cirque organisé, également pour la première fois à Bruxelles, au Théâtre national Wallonie-Bruxelles, par Artcena / Circostrada Network, en partenariat avec l’Espace Catastrophe et l’Agence Wallonie-Bruxelles Théâtre / Danse.

La soirée d’inauguration à BOZAR a aussi lancé le Festival Up !, dont c’est la 15e édition. Au totale : 30 spectacles à l’affiche, dont 8 créations, jusqu’au 25 mars. C’est l’évènement phare de l’Espace Catastrophe, Centre international de création des arts du cirque, la plus importante organisation dédiée à la création circassienne en Belgique francophone.

pour lire la suite suivre cliquez ici

The Stage UK // Why UK circus artists are lining up to train at Belgium’s Ecole supérieure des arts du cirque

As circus takes an increasingly international outlook, UK practitioners are looking to train in Europe and beyond. Katharine Kavanagh explains how a new campus is helping ESAC maintain its reputation for excellence

 

On April 19, circus artists from around the world will reunite at their old school in Belgium to mark the inauguration of its new campus. The Ecole Superieure des Arts du Cirque has a reputation as one of the top circus schools on the planet, and a visit to its purpose-fitted building in the Anderlecht district of Brussels reveals why.

A former coal-fired heating plant has been transformed into the new home for 50 students on the three-year degree programme that ESAC has offered for the past 15 years, supported by an equivalent number of teaching staff.

Funds from Belgium’s French-speaking community commission have been used to fit the industrial space with sprung floors, rigging points, aerial walkways and studios, capitalising on the existing functionality of the building and directing money into technical additions rather than architectural restructuring. There are also classroom and workshop spaces across the five floors and basement, where lessons in history of art and history of circus form part of each year’s syllabus.

“Every circus school has its own identity,” says principal Virginie Jortay. “ESAC’s goal is for graduates to become directors of their own act. Our purpose is to serve the project of the student.”

Creativity is one of the key qualities the school looks for in potential applicants during the five-day audition process. This intensive introduction includes group workshops, a three-minute solo presentation of a circus skill and, for those who progress past the third day, individual interviews. From about 140 annual applicants, a group of between 17 and 19 will be selected to join the course.

Despite being home to one of the world’s top higher education institutes for circus, Belgium does not have the infrastructure of preparatory programmes available in other countries. With a high standard of technique required for the competitive entrance exam, most of ESAC’s student body is international.

British Cyr wheel artist Jo Moss decided to train at ESAC after completing a BTec at Circomedia in Bristol and then spending a year at Piste d’Azur preparatory school in France.

 

BRUZZ Magazine the graduates