l'école | 

présentation

|

|

|

|

|

|

|

généralités

L’Ecole supérieure des arts du cirque est la seule école en Belgique qui offre une formation officielle dans le domaine. Les études organisées en trois ans sont sanctionnées par un diplôme de bachelier (180 crédits ECTS-Bologne) en arts du spectacle et techniques de diffusion et de communication – option Arts du cirque.

Les études requièrent un engagement exclusif de la part des étudiants et rendent impossible toute activité parallèle. Les cours dispensés sont complémentaires et le programme pédagogique et artistique de l’ESAC offre un nuancier complet nécessaire au métier d’artiste de cirque. A la spécialité principale en art du cirque pré-requise à l’admission sont associés les ateliers de créations, les projets personnels, les cours d’interprétation de danse, de jeu et de musique, l’acrobatie dynamique et statique ainsi que les cours théoriques.

L’institutionnalisation de l’ESAC a répondu à la nécessité de promouvoir un enseignement supérieur artistique spécifique au cirque, de la même manière que les arts plastiques, la musique, le théâtre ou le cinéma sont enseignés dans les Ecoles supérieures des Arts (ESA) en fédération Wallonie-Bruxelles.

3

Le pouvoir organisateur de l’ESAC – la Commission communautaire française (COCOF)- promeut indéfectiblement cet enseignement particulier et met tout en oeuvre pour attribuer à cette école réputée de par le monde un bâtiment adapté et novateur pour y développer ses activités, notamment l’ouverture de masters.

historique

L’ESAC existe dans sa structure officielle depuis 2003. Elle est le produit d’une histoire où de nombreux acteurs ont tenus des rôles importants. Si cette histoire, tant humaine que structurelle, se dispute parfois les droits de paternité ou d’initiative, il est évident qu’elle lie un ensemble de personnes qui ont travaillé dans l’ombre ou la lumière et ont largement  contribué au développement des arts du cirque.

4

Fin des années 1970 et dans une contexte similaire à celui de nos cousins français et nord américains, le Cirque du Trottoir est la première compagnie en Belgique à porter les valeurs du nouveau cirque. Dans ses engagements philosophiques et artistiques, cette association, proche d’Archaos en France et du Cirque du Soleil au Canada, contribue à ce phénomène mondial. La naissance de ce mouvement s’accompagne d’une réflexion sur la transmission. Inspirée de l’expérience menée par Annie Fratellini, une première école de cirque naît à Bruxelles en 1981:l’Ecole sans filet. Elle est à l’initiative de nombreux projets artistiques et pédagogiques qui ont été relayés depuis par des associations ou des institutions indépendantes. Ainsi l’ENAC, future ESAC, hébergée au centre scolaire du Souverain, développe dans un premier temps une école préparatoire d’où sont issus une génération d’artistes qui marquent encore le secteur. En 1999, la COCOF crée l’ESAC qui ne mettra que quelques années à se distinguer pour être reconnue comme la 17ème Ecole supérieure des Arts par la Communauté française.

 

financement

La COCOF (Commission communautaire française) est le pouvoir organisateur de l’ESAC. L’établissement est subventionné par la Communauté française. En plus d’un budget annuel pérenne et de 17 postes équivalents temps-plein définis par décret, la COCOF alloue des moyens humains et financiers supplémentaires pour réaliser le programme pédagogique et artistique de son établissement. La COCOF est un pouvoir organisateur de l’Enseignement officiel neutre subventionné. Actuellement, la Commune d’Auderghem, qui accueille l’école depuis sa création au centre scolaire du Souverain, prend en charge tous les frais liés à son hébergement et lui offre des services mutualisés avec les autres établissements d’enseignement qui se partagent les locaux: le Cirquétudes -Ecole maternelle et primaire-, l’Académie de musique Franz Constant, l’IAPS et autres activités parascolaires. Un budget conséquent vient d’être engagé par la COCOF pour permettre le déménagement de l’ESAC sur le campus du Céria. Un bâtiment dédié à l’enseignement des arts du cirque est en cours de rénovation et de construction. Cette étape majeure permettra à l’école de développer de nouveaux programmes, de présenter ses créations dans ses locaux et d’offrir aux praticiens, tant étudiants que professeurs, des outils adéquats et pensés pour le cirque.

autorités académiques

vignettes

L’ARES : Depuis janvier 2014, l’ESAC fait partie de l’Académie de recherche de l’enseignement supérieur. Cette refonte en une académie unique est le résultat d’un long processus entamé en 2009 et s’inscrit aujourd’hui dans le Décret définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études. L’objet du Décret étant d’harmoniser le paysage de l’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, en plaçant les étudiants au centre de la réflexion, d’aménager leur parcours personnalisé, tant durant leurs études initiales que tout au long de leur vie, et de créer un statut unique de l’étudiant au travers de tous les établissements. Ainsi, les universités, les hautes écoles, les écoles supérieures des arts et l’enseignement supérieur de promotion sociale sont encouragés à  construire ces synergies et collaborations entre institutions, afin de les amener à intégrer la taille critique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de développer l’excellence de notre enseignement et de notre recherche et de valoriser celle-ci au niveau européen ou mondial. Sans porter préjudice aux prérogatives des établissements en la matière, l’ARES est l’instance unique d’avis concernant l’enseignement supérieur, elle assure la représentation de notre système comme une seule entité comparable aux autres structures étrangères (grandes universités, pôles de recherche et d’enseignement supérieur, etc.) et la coordination générale des activités. Le décret du 31 mars 2004, dit Bologne, a été une étape décisive vers une plus grande cohérence de l’offre d’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce nouveau décret s’inscrit dans le même esprit.

 

7

POLE ACADEMIQUE DE BRUXELLES: Répartis en 5 pôles géographiques, les établissements rejoignent l’entité de l’université qui leur est proche. Le pôle a pour mission de promouvoir et soutenir toutes les formes de collaborations et d’inciter les établissements membres à travailler ensemble en vue d’offrir des services de qualité aux étudiants.

Font partie du Pôle de Bruxelles:

  • 3 universités1
  • 8 écoles supérieures des Arts2
  • 9  hautes écoles3
  • 27 écoles de promotion sociale4

 

LA CHAMBRE THEMATIQUE:  Chambre thématique des écoles supérieures des arts traite des matières et missions spécifiques liées à ses formes d’enseignement. Elle regroupe l’ensemble des ESA faisant partie de l’ARES.