l'école | 

international

|

|

|

|

|

|

|

écoles soeurs

les écoles soeurs

L’ESAC s’est fondée sur le modèle et l’expertise des grandes écoles de cirque de l’époque: le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne, l’Ecole nationale de cirque de Montréal et le National Center for Circus Arts. Elle a été une des premières à s’intégrer dans le système Bologne et à délivrer un diplôme de bachelier en arts du cirque.

Depuis 2003, l’offre de formation n’a cessé de croître. Si Annie Fratellini avait ouvert une nouvelle voie en créant l’Académie en 1974 et en déplaçant le sens de la transmission de la famille vers l’école, qui aurait cru que 40 ans plus tard, les arts du cirque s’inscriraient dans des programmes universitaires? Les petits drapeaux signalant l’ouverture d’écoles de loisirs, d’écoles préparatoires et supérieures se multiplient sur la carte européenne.

« Acros » et apprentis de cirque sont d’une mobilité effrénée. Participer à une convention, assister à la présentation de l’une ou l’autre promotion, c’est réduire les distances et renouer avec la tradition de nomadisme. De par la mobilité de leurs praticiens, enseignants ou étudiants, les écoles sont intrinsèquement liées.  Si le cirque s’étend jusqu’aux confins du monde, ceux qui le peuplent sont peu nombreux.

le réseau Fedec

La mise en réseau des écoles s’est rapidement imposée comme une évidence. Les premières rencontres entre écoles sont souvent simultanées à leur création. Ainsi, avant même sa reconnaissance officielle,  l’ESAC a participé, avec le CNAC et le National Center for Circus Arts  à la création de la Fédération européenne des écoles de cirque.

Aujourd’hui la fédération rassemble plus de 40 écoles et 14 organisations liées aux arts du cirque dans 24 pays 1. Forte de ses  membres et partenaires, la FEDEC constitue avant tout un formidable réseau qui permet aux écoles de mieux se connaître et d’échanger leurs expériences en matière de pédagogie et d’intégration artistique.

globe

Ce réseau permet d’organiser des échanges bilatéraux et multilatéraux d’élèves, de professeurs et d’administrateurs. Elle se donne pour but d’initier, de formaliser et de réaliser toute démarche visant au développement et à l’évolution de la création et de la pédagogie dans le domaine des arts du cirque.

Bruxelles/Europe

masters 2

Un des coeurs de l’Europe, Bruxelles est un organe de distribution, de passage, un organe vital. Pour  les artistes, cette ville est un confluent où on  retrouve toujours, à un moment où un autre, une influence.  La vitalité des scènes, et des arts de façon plus générale, est remarquable. Les écoles d’art y sont pour beaucoup. Pas moyen de s’ennuyer ici. On ne compte plus les écrits sur cette ville: son accessibilité, sa sympathie, ses moules et ses trottoirs sales…  la ville agit comme un aimant, et nombreux sont les nomades qui y gardent leur base. Depuis quelques années, force est de constater que de nombreux diplômés de l’ESAC y élisent résidence. Parce qu’on s’y retrouve, qu’on s’y échange les possibilités de travail, contacts et  logements, parce que les compagnies s’y développent et y trouvent des facilités de résidences. Modeste, mais libre.

Avec l’Espace Catastrophe, les Halles de Schaerbeek, la compagnie Féria Musica, l’atelier du Trapèze, l’Ecole du cirque de Bruxelles, la Roseraie… Et un peu plus loin le Circus Centrum et Latitude 50 … Avec les compagnies de danse comme PARTS, Charleroi danses, Ultima Vez, …, les espaces autonomes et les lieux de cultures, avec la Commission des arts du cirque, forains et de la rue, avec la gare du Midi et les aéroports… Bruxelles est – comme un coeur – des mieux connectées.

Bologne

L’ESAC s’est conformée depuis sa reconnaissance en 2003 à l’esprit du décret dit de Bologne (2004) qui prône l’harmonisation européenne des diplômes et la mobilité des étudiants au sein de l’espace européen. En décrivant les composantes des études et en assurant ainsi la transparence du système d’enseignement supérieur de la Communauté française, le diplôme vise à faciliter la reconnaissance non seulement académique, entre établissements de différents pays, mais aussi professionnelle, au sein de l’espace européen de l’emploi.

Le diplôme est composé de deux documents :

  • le diplôme  informe sur l’identité de l’établissement (logo) qui décerne le document et sur l’identité de l’étudiant (nom, prénom, lieu et date de naissance). Il précise l’année académique d’obtention du diplôme, l’intitulé du diplôme (bachelier, master en…) et le grade de cycle (mention finale).
  • le supplément au diplôme (SD)  apporte une somme d’informations destinées à cerner la nature et le niveau des études accomplies avec fruits par l’étudiant, le contexte institutionnel (ESA) dans lequel s’inscrivent ces études, la ou les langues de formation,  des particularités propres au programme de l’étudiant, ainsi que des explications sur les classifications ECTS en vigueur à l’ESAC.
P1010554
Un cirque ouvert sur le monde concentre le monde sur sa piste.